Radeau / Antoine Choplin

Publié le 26 Juillet 2013

" 1940. En pleine débâcle, Louis, au volant d'un camion, fuit l'arrivée prochaine des Allemands. Sa cargaison est précieuse. Il transporte des tableaux du Louvre qu'il faut mettre à l'abri. Sur la route, il dépasse une femme. Les consignes du plan "Hirondelle" sont strictes. Il ne doit pas s'arrêter. Et pourtant ..."

Radeau / Antoine Choplin

Encore un livre choisi à la médiathèque grâce au petit coeur sur la tranche peu épaisse ... Et à nouveau un très bon moment de lecture !

 

J'ai toujours été fascinée par les vestiges du passé. Que ce soient des monuments, des objets. C'est dingue de voir que tout ça a réussi à passer des siècles, voir des millénaires parfois. Que l'on a face à soi quelque chose de façonné par un autre être humain, des années et des années auparavant. Passons d'ailleurs ce sentiment terrible qui m'envahit lorsque je vois certains se débarrasser sciemment de ces vestiges, car ça ne convient pas à leur idéologie ou autre. C'est révoltant.

Bref ce n'est pas par hasard que j'ai étudié l'histoire à la fac. Je me souviens de la philologie, où nous devions retranscrire des documents anciens, c'était passionnant ...

 

Et bien ce bouquin m'a un peu replongée dans cette ambiance. Louis, pendant la guerre, fera de la résistance pour sauver des oeuvres d'art. Et oui, si cela nous parait magique que les oeuvres traversent les siècles, ça l'est en réalité beaucoup moins; des personnes se sont battues pour cela, en ont fait leur priorité durant ces périodes noires.

 

Alors voilà, on suit cette aventure folle: les convois d'oeuvres, le stockage dans des lieux inattendues, la conservation; et puis un jour de fête, où l'on décide de sortir les oeuvres dans le jardin, de se constituer un petit musée de grands tableaux juste comme ça, en petit comité.

 

Le rassemblement autour d'une oeuvre: "Le radeau de la méduse" de Géricault, et cette question :"Et vous, vous l'auriez peint comment ce moment historique ? Sur quoi auriez vous appuyé ?". Car c'est sûr, l'art est question de point de vue.

 

Encore une fois, une belle lecture, surtout dans les dernières dizaines de pages (il n'en compte que 130 et des bananes, ça vaut le coup). J'ai même copié quelques passages dans mon cahier prévu à cet effet, que je tiens depuis longtemps et sur lequel cela faisait un moment que je n'avais rien noté.

 

A lire !

 

 

 

Rien à voir mais pour ceux qui veulent jouer pour remporter un colis 100% Marocco, c'est par et avant dimanche midi !

Rédigé par labikette

Publié dans #reading now

Repost 0
Commenter cet article

Lucie 27/07/2013 10:24

Chouette lecture à priori que je mets directement dans la liste ! Merci du conseil.