L'ultime secret de Frida K. ¤ Gregorio Leon

Publié le 26 Novembre 2014

Woulalala que de temps sans lecture ! Ce n'est pas faute d'avoir essayé mais depuis quelques mois, j'ai laissé de côté bon nombre de bouquins après lecture de quelques dizaines de pages. Il y a des moments comme ça, où l'on n'arrive pas à trouver livre à son envie (enfin chaussure à son pied, vous avez bien compris ^^).

 

Mais celui-ci était pour moi ! Lisez un peu ce passage de la 4ème de couverture:

"Un polar hispanique explosif qui même pulp fiction mexicaine et enquête historique, pour nous dévoiler les secrets de la sulfureuse liaison entre Frida K. et Trotski".

 

Les polars j'adore, le Mexique je surkiffe, l'Histoire c'était mon truc avant et j'aime bien y revenir de temps en temps, Pulp Fiction je n'ai jamais vu (pas ma génération désolée^^) mais c'est un peu comme Kill Bill non ? parce que Kill Bill j'adore. Et puis Frida Kahlo m'intriguait depuis un moment ...

 

J'avais toutes les raisons du MONDE de me lancer à corps perdu dans cette lecture !! Et c'est ce que j'ai fait !!

 

L'ultime secret de Frida K. ¤ Gregorio Leon

Pour résumer l'histoire, le roman se déroule à Mexico, entre deux époques: il y a les chapitres qui racontent l'histoire d'amour passionnelle entre Frida et Trotski, en 1940; et les chapitres (plus nombreux) qui se déroulent de nos jours dans un Mexique gangrené par les trafics des narcotrafiquants et le culte de la Santa Muerte, l'ange de la mort.

Le lien entre ces deux sphères temporelles: un autoportrait de Frida peint pour Trotski, disparu depuis lors et recherché par une détective venue tout droit de Madrid, bien déterminée à le trouver, bravant tous les dangers.

Ajouter à cela des meurtres en série de prostituées et des destructions d'autels de la Santa Muerte, sainte de la mort vénérée par la population des bidonvilles et les narco; le climat est plus que tendu et le récit fort en rebondissements !

 

J'ai aimé lire ce livre. Etre plongée dans l'ambiance mexicaine, découvrir les secrets de la liaison entre Frida et Trotski (de façon romancée).

J'aime lorsque le récit est rythmé par de courts chapitres, et que l'auteur privilégie les faits aux descriptions, ce qui est le cas ici.

 

Ma petite déception vient de la fin: avec toutes ces péripéties (entre Frida en 1940, le tableau volé, les meurtres de prostituées, les profanations d'autels, ...), je m'attendais à une fin qui lie un petit peu tout ça. Ce ne fut pas le cas et surtout la chute en quelques pages m'a donnée l'impression d'une fin à la va-vite, où tout ce qui nous maintenait en haleine retombe comme un soufflé.

 

J'en retiens quand même une bonne lecture, la première qui a su maintenir mon attention depuis des mois !

 

 

Rédigé par labikette

Publié dans #reading now

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ma petite factory 26/11/2014 22:29

tu me donnes bien envie, d'autant plus que j'aime beaucoup Frida Kahlo! merci!

Bikette 29/11/2014 22:33

Avec plaisir, car même si la fin était un peu décevante, cette lecture était agréable ! Et puis ce n'est que mon avis pour la fin !